Sélectionner une page

 

 

 

Résultat d’images pour actualités

Actualités les plus récentes au début : 

Mes vœux pour 2024 ?

Bien chers tous et toutes,

Que cette année nouvelle

vous offre 365 opportunités

de Joie, de Paix et de bonheurs partagés…

2024, notre grande année Huit,

portera-t-elle les meilleurs énergies de Transformation,

ainsi que la Prospérité et la Justice bien méritées ?

Gageons que oui, pour tous ceux qui, comme vous,

se sont investis dans des études passionnantes,

et sur le chemin le moins fréquenté :

Celui des chercheurs de vérité, de santé authentique

et de relations justes.

Le 8 est un infini vertical… mais gare à ne pas s’enfermer dans les 8 sommets du cube : Heureusement, ce cube, s’il se déploie, dessine une croix parfaite… Alors, bonne méditation sur ce symbolisme pour l’année qui vient !

Que votre quête vous soit toujours source

d’épanouissement,

de dépassement

et de grandir en conscience. 

Belle, douce, lumineuse et très fertile année nouvelle ! 

Daniel Kieffer

Décembre 2023

Un article de 11 pages sur le vitalisme, publié dans la revue professionnelle francophone de Naturopathie « Hippocrate » N°15 « D:\Téléchargements\img170 (2).pdf » ou  N°15 Vol.4 Dossier : SUR LES ONDES (hippocrate-larevue.com) 

Novembre 2023 : 

Ma chaîne YouTube offre à présent près de 70 vidéos  !

Rendez-vous sur Daniel Kieffer – YouTube  

Septembre 2023 :

Interview dans la revue Chemins : Nos choix alimentaires ont-ils un impact sur la santé mentale ?

Les liens entre santé mentale et alimentation sont nombreux et complexes. Dans une perspective d’approche holistique de la personne et de la santé, il convient toutefois de recadrer la place de l’hygiène alimentaire dans la globalité des dimensions qui constituent l’être humain. Après avoir pris compte du terrain et de la biologie, nous réfléchirons sur les impacts réciproques de la psyché sur le corps et du corps sur la psyché. Suivront, en toute logique, un certain nombre de conseils naturopathiques avant d’envisager un regard plus stratégique sur la bonne gestion du mental.

Le terrain comme priorité

En naturopathie comme en homéopathie ou médecine traditionnelle (ayurvédique, chinoise, tibétaine…) le terrain demeure le fondement de la santé, qu’elle soit corporelle ou mentale. On peut le définir comme l’ensemble des facteurs caractérisant un individu et incluant sa biologie (les « humeurs » des anciens) mais aussi sa constitution (paramètres innés), son tempérament (les acquis), son énergie vitale, voire son profil psychologique. C’est sur ce terrain spécifiquement individuel que se développeront des troubles mineurs, des signaux d’alarme souvent banalisés (comme des éruptions, céphalées, troubles du transit, des menstruations, une sudation forte, des urines trop claires ou trop colorées). Si ces indices ne sont pas compris comme indicateurs de certaines surcharges (toxiques ou toxines) ou de carences, et si l’on ne change rien à ses habitudes de vie, on pourra développer alors des troubles aigus (avec fièvre, inflammations diverses) puis chroniques ou fonctionnels (rhumatismes, cystites, colopathies…) et enfin lésionnels ou dégénératifs (cancers, arthroses, maladies auto-immunes ou neurodégénératives). Le moral, les émotions, la mémoire ou la cognition seront affectés à tous les niveaux de cette évolution du terrain, et l’on pourra y corréler l’ensemble des troubles du caractère, puis des névroses et des psychoses. Cette lecture, purement naturopathique et hygiéniste, n’est pas pour autant une caricature qui inviterait à ne traiter les maladies mentales que par la diète et les soins du terrain : elle s’inscrit résolument dans une approche holistique de la personne, et, si elle se présente comme un socle pour restaurer au mieux la physiologie, elle doit toujours compléter des soins concernant plus directement l’énergétique humaine (nuisances électromagnétiques possibles, troubles de la circulation des méridiens d’acupuncture ou des chakras), la psychologie (gestion de la pensée, des émotions et de la volonté), voire la spiritualité (quête de sens, expansions de conscience, dimension transpersonnelle à prendre en compte).

Les surcharges

Elles représentent toutes les molécules indésirables ou excessives qui s’accumulent au sein de la biologie[1]. On parle de toxiques pour celles venant de l’extérieur (pollutions, nicotine, perturbateurs endocriniens, métaux lourds…) et de toxines pour celles venant de l’intérieur (urée, acides organiques, cholestérol, produits des fermentations et putréfactions intestinales…). Ces indésirables en circulation ne sont que peu ou mal filtrés par la barrière hémato-encéphalique, ce qui signifie qu’ils peuvent affecter la fragile harmonie cérébrale et neuronale, les conductions synaptiques (de nerfs en nerfs) et les neuromédiateurs. Des études ont montré que les productions chimiques liées à la dysbiose (trouble du microbiote générant scatol, indole, phénol, amines secondaires, ptomaïnes, leucomaïnes, ammoniac, mercaptans, etc[2].) cumulaient de véritables poisons pour le cerveau. Dans cette approche, notre fameux « cerveau abdominal » n’envoie pas que de bons messages à notre pauvre cerveau crânien si surmené !

Les carences

Second aspect étudié en humorisme traditionnel (depuis Hippocrate), les carences et subcarences altèrent bien évidemment la fonctionnalité de tout le métabolisme, dont le système nerveux, hormonal et neuropsychique. Il est bien connu que notre psychobiologie nécessite des apports réguliers des vitamines du groupe B, du Zinc, du Magnésium, et certains acides gras par exemple. Une alimentation issue de l’agriculture ou de l’élevage intensifs, et des produits ultra transformés, raffinés, trop ou mal cuits, ne sont devenus que des caricatures d’aliments largement appauvris.

La fluidité

Il ne suffit pas d’éviter les surcharges et de combler les carences : encore faut-il que les nutriments (et l’oxygène) puissent circuler librement du secteur intestinal d’où ils émergent, jusqu’aux cellules, via les liquides transporteurs (sang et lymphe). Aucune de nos 1013 cellules corporelles n’échappe à cette loi très simple. Le même « bain humoral » comme disaient les anciens les concerne toutes, à chaque instant. Or, des facteurs insidieux viennent encombrer la circulation et la ralentir. On parle d’une élévation de la viscosité sanguine, générée par exemple par trop de glucides (sang des diabétiques comparé – par les hygiénistes pur et durs – à du sirop), de lipides (sang des hypercholestérolémiques comparé à de la mayonnaise). La déshydratation affecte aussi la fluidité du sang et de la lymphe, or l’avancée en âge neutralise une bonne part du réflexe de soif[3]. La sédentarité impacte également la circulation, ainsi que le stress : ce dernier induit une réponse de vasoconstriction des vaisseaux périphériques, et il épaissit brutalement le sang (réflexe archaïque pour limiter les hémorragies en cas de combat).

La psychosomatique & somatopsychique

Le courant hygiéniste le plus radical donne la priorité absolue aux corrections du terrain, utilisant uniquement les diètes et les jeûnes, le repos, les exercices corporels et l’entretien des émonctoires. Hélas, il n’intègre que peu ou pas le plan psychologique proprement dit, supposant, comme disait le père de la culture physique Edmond Desbonnet, que « le bon sang fait le bon sens ». On retrouve dans cette pensée intégriste l’écho à l’école allemande, avec le mot redoutablement réducteur du Dr Louis Kuhne : « La maladie est une et humorale ». Heureusement, la vision holistique est venue assouplir ces doctrines à l’emporte-pièce, en intégrant l’importance des autres plans constituant tout l’être humain. J’ai nommé le plus pertinent modèle holistique « la cascade quantique », car elle répond en parfaite correspondance aux médecines traditionnelles du monde, mais aussi aux sciences avancées…

Lire la suite… dans le magazine CHEMINS N°18 qui est à la fois disponible chez tous les marchands de journaux et à l’adresse suivante : https://www.monmag.fr/produit/chemins-n17/ 

 

[1] L’Homme empoisonné, éditions Grancher

[2] Les aliments fermentés et le syndrome de l’intestin irritable (cnrs.fr)

[3] On l’estime à moins 10% par tranches de 10 ans, à partir de 40 ans en gérontologie. Cf. Comment se régénérer pour bien vieillir ? Ed. Sully

 

 

 

________________________________________________

 

 

Septembre 2023 :

Article sur l’Andropause dans la revue Biocontact N°348

L’andropause ou déficit androgénique lié à l’âge chez l’homme

Les faits : l’andropause n’est pas reconnue comme une pathologie – ou même une réalité – par l’ensemble de la communauté scientifique. Outre-Manche, des spécialistes n’ont pas hésité à fonder une « Andropause Society » et certaines revues nomment l’andropause « male menopause ». Quant au terme « hypogonadisme », il est préféré par plusieurs sociétés savantes…

La diminution de l’hormone mâle est progressive : elle débute discrètement vers 30 ans et s’étale jusqu’au décès naturel, sur les trois à six décennies suivantes. Elle diminue de 1 % par an à partir de l’âge de 50 ans, les insuffisances majeures étant diagnostiquées chez 20 % des plus de 60 ans. Bien des hommes conservent une vitalité globale, des paramètres biologiques normaux, une vigueur sexuelle et un excellent moral jusqu’à 70 ans ou bien plus !

Les réponses allopathiques des urologues ou andrologues sont axées sur trois clés :

– des antidépresseurs ou correcteurs d’humeur les plus adaptés au profil psychologique de la personne ; le Prozac est ainsi souvent prescrit en première intention ;

– des apports hormonaux – testostérone – si la chute des androgènes est confirmée aux analyses biologiques. Ces apports pondéraux de testostérone sont hélas connus pour augmenter de 30 % les risques de produire un cancer de la prostate (la testostérone stimule la production des globules rouges. Une trop grande concentration de ces derniers peut rendre le sang trop visqueux et favoriser l’obstruction des artères : il faut donc suivre régulièrement la formule sanguine des hommes sous hormonothérapie) ;

– des stimulants sexuels prescrits comme coups de fouet, sur un temps assez court ; le Viagra a ainsi trouvé ici sa cible d’élection.

 

 

La stratégie naturopathique proposée sera bien plus holistique…

Un réglage alimentaire hypotoxique, varié, le plus bio possible

On veillera à :

– des apports protéiques variés en diminuant considérablement les viandes au profit des poissons ou/et au profit d’associations de protéines végétales (3/4 de céréales + 1/4 de légumineuses). Afin de bien assimiler les acides aminés de ces mélanges, il est essentiel de veiller à un long trempage, puis à une cuisson complète mais lente et à une bonne mastication ;

– une diminution maximale des apports de lipides saturés : beurre, crème, fromages gras, viandes grasses, charcuteries, pâtisseries riches… ;

– remplacer des sucres industriels par des apports modérés de sucres naturels ou à indice glycémique plus bas : stévia ou, mieux, sirop de yacón, sucre complet ;

– débuter au moins l’un des grands repas par une portion de crudités ;

– assaisonner d’huiles bios (un tiers d’huile d’olive + deux tiers d’huile de noix, lin, colza ou cameline) : 3 cuillerées à soupe par jour ;

– déplacer les fruits des desserts pour les prendre entre les repas ;

Et ajouter des superaliments tels que :

– des graines germées : cocktails exceptionnels et « vivants » d’enzymes, vitamines, oligoéléments… ;

– du germe de blé pour ses vitamines B et sa vitamine E ;

– de la purée de sésame, bonne source de calcium utile au squelette ;

– de l’huile de pépins de courge, spécifique de la souplesse prostatique ;

– du pollen frais (saule, châtaignier, ciste…) incontournable en cas d’adénome prostatique ;

– de l’eau de mer Lima, qui peut remplacer le sel dans les plats ;

– des algues marines, jusqu’à 50 % de protéines et 40 % de minéraux ;

– des œufs de saumon, omégas-3 concentrés (et moins coûteux que le caviar !).

Le soutien du moral et des fonctions mémorielles et cognitives

Avec :

– de la luminothérapie entre septembre et mars en cas de déprime dite « saisonnière » ;

– des activités physiques, mais priorité au plaisir et à la réconciliation avec le corps, le mouvement, la sueur, le défoulement, le jeu, le souffle… Cumuler une activité de dépense musculaire intense, provoquant sudation et activité cardiovasculaire + une activité plus zen. Durée optimum = 45-50 minutes par jour, 3 à 6 fois par semaine. Il est démontré que les activités corporelles font office de « Prozac ». Chez les hommes sédentaires depuis plus de 3 ans, un bilan médical complet est indispensable avant de se lancer dans une activité sportive ;

– des apports de magnésium marin + complexe de vitamines B ;

– un accompagnement psychologique court de type analyse transactionnelle, PNL, voire hypnose ericksonienne ou sophrologie ; en cas de troubles supposant un stress majeur passé : EFT, EMDR, TIPI ;

– des massages hebdomadaires de type californien, balinais ou thaï ;

– des élixirs floraux (noyer, mauve, chêne, eau de roche, verveine, chèvrefeuille…) ;

– des compléments nutritionnels et végétaux : EPA-DHA, Karoshil de Le Stum, Stabilium de Yalacta, Calmium de Sofinnov. Si déprime plus rebelle : extraits de magnolia, safran, griffonia…

Le maintien de la masse musculaire

Et de la correction de la prise de poids et limitation de la masse graisseuse abdominale grâce à :

– une alimentation hypotoxique et strictement dissociée (associer protéines + légumes crus ou glucides + légumes crus ou cuits) sur 3 mois (jusqu’à 6 ou 9 mois si obésité, sous contrôle professionnel) ;

– une ou des activités physiques (voir plus haut), indispensables ;

– un modérateur de fringales : 6 à 8 comprimés de spiruline avec un grand verre d’eau 30 minutes avant les repas ;

– des activateurs de la thermogénèse : algues riches en iode (kelp) ; sur conseil professionnel seulement : extrait d’oranger (riche en synéphrine) et extraits de guarana, maté vert, café vert ;

– une action locale (aide à la lyse des adipocytes) : massages aux ventouses ou CelluM6™ (pas seulement réservé à madame !).

L’optimisation de la libido et des fonctions érectiles

Lire la suite… dans la revue Biocontact qui est gratuitement distribuée dans les boutiques Bios et à l’adresse suivante :  n°348 – La pomme – Biocontact – Commande en ligne 

 

 

________________________________________________

 

Aout 2023 :

Au plan mondial (OMS) les « Médecines Non Conventionnelles » deviennent les « Soins de Santé Traditionnels Alternatifs et Intégratifs »

L’OMS a planché tout ce mois d’août 2023 et rédigé un rapport bien intéressant qui met en avant nos professions dans une approche prudente, soit, mais largement ouverte et positive. Ce n’est pas pour rien si l’Inde possède depuis quelques années un véritable « Ministère du Yoga, de la  Médecine Ayurvédique et de la Naturopathie » ! 

Voici le commentaire issu de la Fédération Mondiale de Naturopathie pour la quelle je suis contributeur : 

Chers membres et sponsors de la FMA,

La semaine dernière, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a tenu son premier Sommet mondial sur la médecine traditionnelle (MT).  Ce sommet est très important pour la profession naturopathique mondiale et tous les autres aspects de la médecine traditionnelle, complémentaire et intégrative (TCIM) car l’OMS a un département de médecine traditionnelle depuis des années, mais c’est la première fois qu’ils tiennent une réunion mondiale.  Le Sommet s’est tenue à Gandhinagar, en Inde, les 18 et 19 août, ce qui a permis à divers départements de l’OMS et aux ministres de la Santé du monde entier d’entendre des experts, des praticiens et des chercheurs traditionnels et autochtones sur l’état de divers aspects de la TCIH (c.-à-d. l’éducation, la recherche, l’utilisation, la recherche, etc.), ainsi que sur les possibilités et les défis à l’échelle mondiale.

Comme annoncé récemment, le WNF a participé au dialogue de l’Organisation de la société civile (OSC) de l’OMS le 3 juillet. À la suite de ce dialogue fructueux et percutant, les membres de la coalition des soins de santé traditionnels, complémentaires et intégratifs (TCIH), y compris Jon Wardle et moi-même, ont été invités à assister à cette réunion très importante.   Le Sommet a bénéficié d’une importante couverture médiatique; la plupart du temps positif, mais certains remettent en question l’accent mis par l’OMS sur la TCIH. 

Voici le lien vers le rapport de l’OMS sur le Sommet. Lorsque l’OMS publiera la Déclaration du Sommet, nous la partagerons avec vous, en attendant, les points à retenir du Sommet comprennent:

  • L’OMS a reconnu que pour des millions de personnes dans le monde, les médecines traditionnelles et complémentaires sont souvent leur premier ou leur seul arrêt pour la santé et le bien-être.
  • Un engagement fort et une reconnaissance de la part de l’OMS que la MICC est essentielle pour assurer des soins de santé universels et atteindre les objectifs énoncés dans la Déclaration d’Astana. Cliquez ici pour la réponse du FMA à la Déclaration d’Astana.
  • Les préoccupations et la nécessité de respecter la diversité, la propriété intellectuelle et les droits des divers systèmes de médecine traditionnelle et autochtones ont été soulignées au cours de diverses sessions.
  • Il est nécessaire de mettre l’accent sur la santé planétaire et la biodiversité et est étroitement lié à la santé humaine.
  • L’accent a été constamment mis sur la nécessité d’assurer la recherche et le financement de la recherche dans tous les aspects de la MITC et sur la nécessité de renforcer la capacité de recherche à l’échelle mondiale. Il a également été reconnu que les méthodes de recherche utilisées doivent être applicables aux pratiques et aux produits de la MITC. 
  • Discussions initiales sur le rôle des soins de santé numériques et de l’intelligence artificielle dans la MITC et la nécessité d’explorer plus en détail les opportunités et les risques.

Le calendrier du Sommet coïncide avec l’engagement de l’OMS à produire une nouvelle stratégie de MITC d’ici 2025, qui sera en vigueur pendant 10 ans. Nous sommes conscients que la nouvelle stratégie mettra l’accent sur la recherche et invitera les gouvernements à concentrer leurs efforts de réglementation sur les pratiques et les produits qui sont appuyés par la recherche. 

 

Les prochaines étapes pour le WNF :

  • Alors que nous sommes à Genève le mois prochain pour l’Assemblée générale de la FMO, des représentants de la FMO rencontreront divers membres du personnel de l’OMS pour discuter de la profession naturopathe, pour apporter un soutien à la stratégie TCIM et pour discuter des initiatives actuelles où nous pouvons fournir des contributions d’experts – par exemple, des initiatives sur la résistance aux antimicrobiens, les maladies non transmissibles, le renforcement des capacités de recherche et les modes de vie sains.
  • C’est le moment idéal pour la profession naturopathe de faire des recherches auprès des ministères de la Santé pour attirer leur attention sur l’évaluation des technologies de la santé en naturopathie et adresser une demande à chaque ministère en fonction du statut ou de la reconnaissance et de la réglementation de chaque pays. Nous fournirons un modèle aux membres au cours des prochaines semaines. 
  • La WNF continuera de s’appuyer sur les paramètres décrits dans l’ETS en mettant l’accent sur les paramètres liés à la recherche, y compris le nombre de chercheurs en naturopathie, de centres de recherche et d’autres mesures clés.

Nous sommes également heureux d’annoncer que le chef du département traditionnel, complémentaire et intégratif de l’OMS – le Dr Kim Sungchol – assistera au jeudi matin de l’AG du FMA. C’est une occasion importante pour nous de souligner les forces et le professionnalisme de notre grand métier. 

L’OMS a lancé une conversation mondiale sur la MITC. Être à la table, pendant cette période critique, est un privilège avec une responsabilité et des possibilités énormes. Nous continuerons de représenter la profession naturopathique et de soutenir la profession mondiale de MITC.  

Global partners commit to advance evidence-based traditional, complementary and integrative medicine (who.int) 

 

________________________________________________________________________________________________

Chèr.e.s ami.e.s de la naturopathie,
Après des semaines de travail intensif (qui nous ont paru des mois !), nous sommes très heureux.ses de partager avec vous les premiers jalons de la nouvelle fédération que le CENATHO a contribué à créer, aux côtés des écoles Aesculape et Euronature.
Nous vous donnons dès aujourd’hui rendez-vous sous la bannière AFNAT, Alliance pour la Formation Professionnelle en Naturopathie.
Une nouvelle identité, un nouveau logo mais un engagement qui reste le même :
1. garantir la qualité de la formation professionnelle en naturopathie
2. oeuvrer à la reconnaissance de la formation et du métier
3. faciliter la promotion du métier de naturopathe
Nous vous donnons rendez-vous sur le site www.afnat-naturopathie.fr pour découvrir l’ensemble du projet que nous portons au travers de cette nouvelle fédération.
La rubrique Actualités vous renseignera notamment sur les actions menées au niveau de la fédération.
Dans la joie de vous rassembler nombreux.ses aux côtés de l’AFNAT 🌿

 

________________________________________________________________________________

Magnétisme et santé par [Daniel Kieffer] Parution de mon dernier livre (le 41ème !) :

Magnétisme et santé : osez les 4 formes de magnétismes !

 Il importe plus que jamais que chacun s’applique à élever ses vibrations. »

N’avez-vous pas l’impression que tout va désormais trop vite dans notre société, qu’il est de plus en plus difficile de prendre du temps pour soi, pour son bien-être ? qu’il faut sans cesse faire face aux pollutions, au stress, à l’épuisement physique et moral ?

Et si l’on vous disait qu’il existe en vous, et autour de vous, des solutions pour concourir à vous soigner et vous protéger ? Les différents magnétismes – terrestre, animal, physique et spirituel – sont des outils formidables pour retrouver une harmonie et un équilibre personnels. Ionisation de l’eau, correcteurs énergétiques, magnétothérapie, magnétiseurs, massages holistiques : découvrez avec Daniel Kieffer des pistes et des outils pour vivre mieux et en meilleure santé.

___________________________________________________

 

QUATRE RÉCENTES INTERVIEWS PUBLIÉES DANS D’EXCELLENTS SUPPORTS :

HAPPINEZ : CLIQUEZ ICI POUR LE RÉSUMÉ

Le CHOU BRAVE : cliquez ICI pour visionner la vidéo (avec Daniel Kieffer et le Dr Gilles Pentecôte)

Et HEALTHY LIVING le Podcast de Marion Pezard : Cliquez ICI pour écouter Aude VERET, directrice du collège CENATHO …

 

Podcast sur la respiration : trop simple pour en parler ? PODCAST | La Respiration – Bing video

____________________________________________

 

MON DROIT DE RÉPONSE À LA PRESSE

EN AOÛT 2022, LE COLLÈGE CENATHO ET MOI-MÊME AVONS ÉTÉ CLAIREMENT DIFFAMMÉS DANS UNE PUBLICATION DE LA SOCIÉTÉ DE PRESSE « LES JOURS », ET DES ÉCHOS DE CE PAPIER ONT ÉTÉ REPRIS PLUS OU MOINS AGRESSIVEMENT PAR D’AUTRES MÉDIAS. JE ME DEVAIS DE RÉPONDRE CLAIREMENT : 

Monsieur Daniel Kieffer CENATHO

221 rue La Fayette 75010 Paris

Les Jours A l’attention de la directrice de la publication, Madame Isabelle Roberts

BP 103 75921 Paris 19 PDC

A Paris, le 10 novembre 2022

Objet : droit de réponse à votre article du 29 août 2022 « Naturopathie : devenez charlatan grâce à Pôle emploi »

Madame Roberts,

L’article cité ci-dessus que vous avez publié démontre une incompréhension totale de la naturopathie. J’ai hésité un moment à répondre à votre publication, mais de toute évidence, mon silence aurait pu être compris comme un acquiescement tacite.

Face à la calomnie que véhiculent les propos tenus par Monsieur Schepman et aux inepties qu’ils cumulent, j’ai finalement décidé de répondre clairement et point par point à ce qui s’inscrit dans un texte vraiment diffamatoire à mon encontre. Même si les chiens hurlent et que la caravane passe, j’ai pris le temps de rétablir les faits au plus juste.

En premier lieu, je ne suis nullement un charlatan. Au regard de la définition de ce terme, tant dans le dictionnaire Robert que dans le Larousse, je peux vous dire que je ne me prends pas pour un médecin et que je n’exploite pas la crédulité du public. J’en veux pour preuve en particulier le nombre d’élèves que j’aiformés et qui apportent un soulagement reconnu à bien des personnes.

En second lieu, je reprends sous forme de citation les points clef de votre article qui portent atteinte à mon image et qui trahissent ce qu’est mon enseignement.

J’aurais dit que « Face au Covid, pas de paracétamol mais une douche rectale »

Caricature et raccourci très simpliste et malveillant ? J’ai donné voici plus de deux ans (dans le texte incriminé) près de 14 conseils de bons sens comme le sommeil, la diète, la sudation, les probiotiques, le nettoyage des sinus, les compléments alimentaires vitaminiques ou minéraux… et effectivement, la libération du transit et l’effet de l’eau froide sur la fièvre sont des outils intégrés en naturopathie internationale depuis Hippocrate. Ils sont toujours prescrits par les Heilpraktiker (professionnels reconnus par l’Etat en Allemagne, ou les Médecins Naturopathes des Etats Unis ou du Canada, tous dument diplômés de leurs Universités).De plus,il aété largement publié que le Paracétamol devenait vitehépatotoxique et cancérigène à partir de 4 grammes / jour.

En plus loin : « Il cite Steiner… »

Rudolf Steiner est un penseur qui a fondé l’anthroposophie et dont les thèses sont universellement connues. Citer un auteur n’est nullement synonyme d’adhésion intégrale à son œuvre, encore moins d’appartenance à son mouvement.

Mon éclectisme me fait n’appartenir à aucune fraternité constituée, et surtout, à ne me référer à aucun maître à penser ou référent spirituel en particulier ; il m’invite en revanche à toujours voir ce qui rapproche les êtres et les idées plutôt que ce qui les oppose. Pour simples exemples : même issus de la discutable pensée steinérienne, il est difficile de ne pas apprécier les vins biodynamiques, les aliments du label Demeter ou les produits de beauté Wéléda par exemple.

Je me serais présenté comme « Intervenant en biokinergie »

Non, je ne pratique ni n’enseigne la méthode. Je ne l’ai jamais fait. J’ai simplement donné des cours de nutrition saine à des étudiants d’une école de Biokinergie, dans les années 80. Le raccourci est faux. Il est étonnant qu’un journaliste qui est sensé informer pratique la critique acerbe et la désinformation.

Je serais « Lié de longue date au mouvement antivaccin »

Avec près de 40 livres publiés et 47 ans de cours et de conférences publiques, je défis quiconque de trouver une allégation, un seul texte, un positionnement ou un engagement anti-vaccinaliste de ma part. Pour référence mon livre sur « La grippe avec ou sans vaccins » (éd. Trédaniel) se positionne sans aucune ambiguïté.

J’aurais « Fait référence à l’ère du Verseau »

Les « ères zodiacales » sont simplement une réalité astronomique bien connue des scientifiques spécialisés dans ce domaine. Je ne suis pas le seul à l’évoquer (je cite d’ailleurs

13 auteurs référents dans mon texte), et que je sache, le symbolisme a toujours été l’ami des philosophes en quête de sens, surtout quand il tend à promouvoir un comportement plus bienveillant, créatif ou coopératif entre les personnes.

Je recommanderais de « Suivre les conseils d’Irène Grosjean »

Madame Grosjean a pu figurer dans la liste des personnages ayant promu la naturopathie, surtout lorsque j’étaismoi-même étudiant. A l’heurede la rédaction de mon textesur laCovid, elle ne s’était pas positionnée publiquement avec le rigorisme qu’on peut lui reprocher aujourd’hui. Comme il se doit, je respecte son grand âge sans être pour autant son admirateur inconditionnel ni son disciple.

Me concernant, il est écrit : « Il fait référence à Swami Satyananda Sarasvati »

Une fois encore, l’information est erronée: l’auteur de l’article a commis une grave confusion entre le maître spirituel indou Swami né en 1887 et décédé en 1963 et l’enseignant indou du yoga nidra en Inde et en Occident né en 1923 et décédé en 2009, éponyme.

J’aurais fait « Référence à O. M. Aïvanhov … et filiation avec le CENATHO, comme cité dans le rapport interministériel de 1999 »

Pour les mémoires défaillantes, ledit rapport ciblait « les sectes et l’argent » et en 1999, il a impliqué 172 associations ou groupes devenant du jour au lendemain suspects. Parmi ces groupes, le CENATHO fut cité en 4 lignes contenant 4 erreurs grossières :

  • « Madame Daniel Kieffer » … » : au lieu de Monsieur ;
  • « Fondatrice de l’association CENATHO … » : non, c’était une SARL ;
  • « Et à l’origine du mouvement Fraternité Blanche Universelle » : étonnant tout de même, car ce mouvement fut créé par le bulgare Peter Deunov en Bulgarie en… 1900 et non par moi ;
  • « Au bénéfice de tant de milliers d’euros » : grave confusion entre le chiffre d’affaires et le bénéfice

Il était affligeant de voir le CENATHO dans la même liste que des groupes aussi dangereux que la Scientologie, le mouvement Raëlien ou la secte Moon, tout comme des secteurs devenus alors suspects comme les écoles Montessori, les psychologues junguiens, tous les enseignants de yoga ou même, … les vendeurs de vêtements en lin ! Ubuesque non ?

Comme ce rapport avait été fait « sans enquête préalable », on comprend mieux l’absurdité de ses allégations. Au passage, la fameuse Fraternité Blanche Universelle a produit à mes avocats de l’époque une attestation affirmant l’absence de tout lien entre elle et moi ou le CENATHO. Dont acte.

J’aurais été « Epinglé dans rapport parlementaire de 2013 »

Le rapport en question fut en fait un ensemble d’interviews sous l’égide du Sénat. Loin d’y être « épinglé », j’y aiété invité comme expert de laprofession et j’ai pu exposer auxSénateurs les fondamentaux de la naturopathie, son histoire, ses limites et ses objectifs clairement complémentaires de ceux des médecins. Il n’en suivit absolument aucune conséquence négative à mon encontre.

J’aurais fait la « Promotion du pseudoscientifique Bol d’Air Jacquier »

L’appareil en question, au même titre que d’autres outils pouvant améliorer la qualité de l’air respiré (diffuseurs d’huiles essentielles, humidificateur, ioniseur…) présente des intérêts très scientifiquement exposés sur le site du fabriquant Holiste. Quel mal de rappeler son existence ?

J’aurais fait la « Promotion de l’alimentation crue »

Aucune publication portant mon nom, aucun de mes cours ou conférences ne recommande à tout le monde de manger cru à 100% : tout juste puis-je inviter, avec discernement, à une part de crudités dans le cadre d’une nutrition individualisée, bio, équilibrée et variée, à l’écoute de sa digestion et de son état général. Pour preuve, voir mon petit livre sur « l’alimentation vivante » (éd. Jouvence)

« L’argent public alloué aux formations en naturopathie : Daniel Kieffer et le CENATHO ont été contactés pour répondre à cette question »

Je n’ai reçu aucun courriel, aucune lettre ou communication en ce sens depuis 1999.

Il est invoqué « Zéro cadre » (pour la naturopathie)

Effectivement, La profession se trouve à ce jour dans un vide juridique en France. Nos confrères et consœurs s’en étonnent toujours, outre-Rhin, en Grande Bretagne, au Portugal, en Suisse, au Canada anglais comme aux USA…

Faute d’encadrement, la profession a donc dû s’autoorganiser dès 1983 via l’OMNES (association des professionnels) et 1985 via la FENAHMAN devenue la Féna. Elle dispose de textes fondateurs (Livre Blanc, code de déontologie, Votre 1ère visite chez le naturopathe…) et œuvre courageusement pour la reconnaissance d’une naturopathie affichant sa transparence, son innocuité, sa pertinence, son éthique et son efficacité. Elle répond à un vrai besoin d’éducation à la santé, de prévention primaire active, toujours respectueuse, différenciée et complémentaire de la médecine.

Devant la déferlante de propos diffamatoires figurant dans l’article « Les Jours », une réponse corporative a été diffusée par le « Collectif Naturopathie » regroupant tous les acteurs de la profession et à laquelle je m’associe très volontiers.

Il est encore écrit « Daniel Kieffer lié à Alliance pour la santé et antivaccin »

En relisant les statuts de cette association Alliance pour la santé (vite mise en sommeil faute de membres !) et ses objectifs clairement définis sur le site Web, on comprend qu’il ne s’agissait que d’un mouvement cherchant le partenariat, la coopération entre médecins, naturopathes, acteurs du bio, consommateurs et presse spécialisée. Une quête « d’alliance » pour sortir des caricatures étroites et des confits devenus obsolètes. Loin d’entretenir un discours anti-vaccination, elle a brillé par les congrès qu’elle a pu organiser dès 2009, dans une dynamique partenariale entre les corporations de santé.

Pour conclure

Madame,

Si votre belle profession a pour but et droit celui d’informer le plus grand nombre, n’oubliez pas qu’elle a pour devoir l’objectivité de ses messages.

Certes, aujourd’hui, la communication se veut de plus en plus rapide, et comme ici, les investigations sont bâclées, les sources survolées, les éléments sortis de leur contexte ou déformés. Hélas, c’est ainsi que naissent les diffamations, et le vent lapidaire de la calomnie nourrit les soifs de scandales et entache les secteurs souvent les plus fragiles au regard de l’opinion.

Il est clair que vous ne connaissez rien à notre profession, car bien rares sont les journalistes spécialisés en naturopathie. Or, enquêter préalablement avec ouverture d’esprit, bienveillance, curiosité et éthique aurait permis d’éclairer vos lecteurs très positivement.

Pour ce qui me concerne, si mon âge me rend plus philosophe, ma réputation, lentement construite sur l’étude et le travail, nourrit ma sérénité face à vos coups de griffes infondés. Je compte sur votre professionnalisme pour publier ce droit de réponse, comme la loi le prévoit.

Daniel Kieffer

_________________________________________________

COMMUNIQUE du 02/12/2022 : AESCULAPE, le CENATHO et EURONATURE quittent La FENA pour mieux servir la naturopathie.

Notre métier traverse une nouvelle fois les turbulences d’un monde en transition sur les questions de santé. Plus que jamais, nous avons envers la naturopathie, ses praticien.ne.s et son public, un devoir d’actions et d’exemplarité. Conscient.e.s et fort.e.s de cette responsabilité, nous, dirigeant.e.s d’AESCULAPE, du CENATHO et d’EURONATURE, prenons aujourd’hui la décision de quitter La FENA (fédération française des écoles de naturopathie) pour mieux servir la naturopathie.

Cette décision collective et solidaire fait suite à de longs mois de désaccords sur l’évolution actuelle de la fédération.
A maintes reprises, nos trois écoles, qui représentent à elles seules 60% des certifié.e.s de La FENA, ont alerté le
bureau et l’ensemble des écoles membres sur différents sujets jugés essentiels : gouvernance et priorités
stratégiques, modalités communes de formation, processus et modalités de certification fédérale, respect de
l’exigence de qualité notamment. En vain.
Depuis plus d’un an, nos tentatives de communication puis de médiation sont restées sans réponses de la part d’une
fédération à laquelle nous ne parvenons plus à nous identifier, alors même que nous en sommes chacun.e, à
différents titres, membres fondateurs ou historiques.

Face à ce constat que nous regrettons, et souhaitant rester fidèles aux valeurs et à l’éthique qui nous ont toujours
animé.e.s, nous n’avons plus d’autre choix que de quitter La FENA.
Nous prenons cette décision par respect pour tou.te.s les naturopathes issu.e.s de nos écoles et qui portent nos
couleurs respectives. Nous faisons ce choix par transparence vis-à-vis de nos actuel.le.s et futur.e.s apprenant.e.s,
dont notre appartenance à une fédération de référence compte et qui nous accordent leur confiance. Enfin nous
faisons ce choix par estime pour tous nos interlocuteurs et partenaires, publics comme privés, dont nous respectons
et soutenons l’engagement sincère au service de notre métier.
Nous quittons La FENA mais nous restons, vous le comprenez, plus déterminé.e.s que jamais à faire prendre à la
naturopathie sa juste place.

C’est uni.e.s et aligné.e.s, tant dans nos valeurs que dans nos aspirations pour la naturopathie, que nous
continuerons à défendre le professionnalisme de son enseignement et à lui assurer un haut niveau de qualité.
C’est uni.e.s et aligné.e.s encore, que nous œuvrerons pour promouvoir la naturopathie et ses métiers auprès du
grand public, des médias et des pouvoirs publics.
C’est uni.e.s et aligné.e.s enfin, que nous travaillons dès à présent à la mise en place d’une nouvelle entité, qui se
fera le relais efficace, légitime et responsable de l’ensemble de ces actions.
Nous donnons rendez-vous en 2023 à celles et ceux d’entre vous qui partagent cette vision, ces valeurs, et souhaitent
participer à nos côtés à faire reconnaître la naturopathie de demain.
A bientôt !

Dominick Léaud-Zachoval, Directeur d’AESCULAPE

Aude Véret, Directrice du CENATHO

Nathalie Danizan, Directrice d’EURONATURE

Daniel Kieffer, Fondateur du CENATHO

Suivez-nous sur www.collectif-avenirnaturopathie.fr